Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chronique rétro: The Ramones

Publié le par Rudy L'Agité

                       Chronique rétro : The Ramones

Comment faire des chroniques rétros sur le punk sans parler des ramones ? Je vous le The Ramonesdemande ! Pour ceux qui ne connaissent pas ces 4 garçons du Queens sont considérés par beaucoup comme les créateurs du punk.
Le premier album sorti

en 1976 a apporté un renouveau a la musique (texte minimaliste et riffs plus que basiques le tout à une vitesse fulgurante).
Pour expliquer l’arrivée de cette bombe musicale un petit historique sur les ramones s’impose.

Au commencement trois amis (Dee Dee, Joey et Johnny) que rien ne réunissait à la base se réunissait fréquemment pour aller voir Iggy Pop, les New York Dolls et autres groupes classé aujourd’hui comme « protopunk ».
Voulant suivre l’exemple de leurs idoles (et pas seulement en se droguant) ils décidèrent a un détail prés… Aucun ne savait faire de musique ! Après bien des engueulades sur comment jouer, ils sont parvenus à créer quelques compositions potables.
Connaissant bien l’entourage du CBGB ils furent invités à jouer leur premières compos dans ce café.
Il n’y a pas de mots pour décrire le chaos qui régnait a ce premier concert : Dee Dee n’était pas satisfait de sa performance et a balancé sa basse et c’est barré de la salle puis revenu (il a fait ça entre chaque chanson).Joey et Marky s’enguelaient sur la chanson suivante a jouer car il n’avait pas préparer de set List (liste des chansons a jouer pendant le concert).

 

The RamonesMalgré ce fiasco total, Seymour Stein (producteur musical) a vu une potentielle pompe à fric à exploiter et à décider de produire leurs premier album. Quelques compos ont été ajoutée à cet album qui vit le jour en juin 76. La chanson commence par le premier véritable hymne punk, « Blitzkrieg Bop ».S’en suit « Beat on the brat » (frappe sur le gosse).
Dans cet album les ramones tentent de faire une chanson douce (presqu’un slow) « I wanna be your boyfreind », ils n’y parviendront malheureusement pas (car une grosse disto sur une chanson qui se veut calme ça enlève un peu de la douceur) avant l’album the end of the century avec « baby I love you ». Le CD se termine par « today your love tommorow the world » chanson faisant référence au nazisme et le tournant au ridicule.

 

Aucune des chansons présentes sur cet album ne dépasse les 3 minutes ce qui lui donne une durée d’environ 25 minutes et a été produit avec un tel laxisme qu’il le rend inécoutable. Malgré un album assez décevant point de vue technique il reste une œuvre tout à fait honorable et représente le coup de feu du mouvement punk.

 

Aux States, l’album connu un accueil assez mitigé. Au Royaume-Uni par contre, l’album eu un effet dévastateur sur la jeunesse et donna un déclin a un certain Malcom McLaren.
Malcom était un vendeur de vêtements provoc à Londres et décida de crée un groupe avec des délinquants qui deviendront les Sex Pistols.

Mais ça…C’est une autre histoire…

Chronique de: Jean Ramone

 

Commenter cet article

pfttt 13/07/2014 09:54

Déclin ou déclic pour Mc Laren?


'; var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', '']); _gaq.push(['_trackPageview']); _gaq.push(['_trackPageLoadTime']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? '//ssl' : '//www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();